La méthode Martenot pour l’enseignement des arts


Apprendre à apprendre /

Connaissez-vous la méthode Martenot ? Comme vous le savez, sur jaimepaslecole.com nous nous intéressons aux différents courants pédagogiques. La méthode pédagogique Martenot est un peu particulière. En effet, elle n’a pas vocation à être généraliste mais s’oriente sur l’apprentissage des disciplines artistiques et notamment la musique.

Alors, pourquoi en parler ici ? Eh bien, parce qu’il est aujourd’hui démontré que l’éducation artistique aide efficacement à l’acquisition des disciplines académiques classiques.

Arts et apprentissages

En effet, si elle ne peut remplacer, à elle seule, les apprentissages classiques, l’éducation artistique et, notamment, celui de la musique et des arts plastiques, se révèle particulièrement bénéfique pour l’acquisition des mathématiques, de l’écriture mais aussi de la lecture et des langues étrangères.

La musique

En fait, mathématiques et musique sont des disciplines très proches. A tel point, qu’en 1712, Leibniz (philosophe et mathématicien allemand) écrivait :

“La musique est un exercice caché d’arithmétique, l’esprit n’ayant pas conscience qu’il est en train de compter “.

Leibniz

Ainsi, tout au long de l’histoire, mathématiques et musique se sont côtoyées. Par exemple, Jean-Sébastien Bach utilisait des procédés mathématiques (symétrie) pour écrire ses fugues. De même, Bela Bartok employait le nombre d’or pour structurer ses compositions.

Au-delà des mathématiques, de nombreuses études montrent aussi que l’apprentissage de la musique a une influence positive sur la mémorisation, la précision du geste (donc dans l’apprentissage de l’écriture), la perception du son (apprentissage des langues étrangères) et le décryptage (donc dans l’acquisition de la lecture) et plus généralement sur la rigueur, la gestion multi-tâches et l’estime de soi.

Les arts plastiques

De la même façon, l’apprentissage des arts plastiques (dessin, peinture, etc…) contribue, entre autres, au développement de la précision du geste et du repérage dans l’espace. Et en cela, il est notamment bénéfique dans l’apprentissage de l’écriture et de la géométrie.

Comment est née la méthode Martenot ?

La méthode Martenot a été créée au tout début du XXème siècle par Madeleine Martenot (1887-1982).

methode-martenot-Madeleine Martenot
Madeleine Martenot

En effet, Madeleine Martenot a appris très jeune la musique et a rapidement pris en main l’éducation musicale de son frère Maurice Martenot (1898-1980 – créateur en 1918 des Ondes Musicales Martenot, considéré comme le premier instrument de musique électronique au monde et qui est encore aujourd’hui utilisé par des célèbres groupes comme Daft Punk ou Gorillaz) et de sa jeune sœur Ginette Martenot (1902-1996 – Pianiste et première grande « Ondiste » à la renommée mondiale). Autant dire, que l’apprentissage de la musique est une affaire de famille !

Ondes_Martenot_(1960)
Ondes Musicales Martenot

S’intéressant avec son frère aux aspects pédagogiques (elle a notamment eu des contacts avec Maria Montessori) et guidée par une approche humaniste, elle va ainsi progressivement construire une méthode pédagogique combinant une approche naturelle et ludique de la musique avec des exercices de relaxation.

methode-martenot-ginette martenot
Ginette Martenot

Puis son approche pédagogique sera étendue à d’autres disciplines artistiques et notamment, en 1932, aux arts plastiques sous l’impulsion de sa sœur Ginette.

Quelles sont les caractéristiques de la méthode Martenot ?

Comme je l’indiquais précédemment, Madeleine Martenot était profondément humaniste. Son approche pédagogique consistait donc à lier l’apprentissage d’une technique musicale rigoureuse (le solfège) au « développement harmonieux de l’être ».

L’approche pour la musique

Les principes qu’elle a donc appliqués sont les suivants :

methode-martenot-violon

– Les arts sont partie prenante de l’éducation.

– L’être est une globalité.

– Le sensible est un accès à l’intellect, (la pratique précède la théorie).

– La mémoire musculaire est indélébile.

– L’abord d’une difficulté à la fois facilite l’apprentissage.

– Être musicien c’est penser la musique.

– L’esprit ludique est une condition de la qualité de l’effort.

– L’apprentissage n’est jamais une position d’échec.

Source : Fédération des Enseignements Artistiques Martenot

Comme vous pouvez le noter, on retrouve dans la méthode Martenot les axes principaux développés dans les approches éducatives Montessori ou Freinet, par exemple : bienveillance, importance de la manipulation (en l’occurrence, la pratique de l’instrument) et l’échec comme étape vers la réussite. On remarque également que cette approche met également en avant :

  • Le développement personnel de l’élève et l’importance du corps (notamment de la mémoire musculaire) comme clés d’un apprentissage réussi,
  • La musique comme porte ouverte vers le savoir et l’éducation.

Plus pratiquement, l’enseignement musical selon Madeleine Martenot, aborde toutes les composantes de la pratique musicale (audition, intonation, rythme, lecture de la musique, improvisation, etc…) simultanément – c’est-à-dire dans une même séquence d’un cours – à travers une série de jeux mais chacune de façon séparée. En outre, on notera l’accent mis particulièrement sur un apprentissage progressif et sur l’improvisation.

L’approche pour les arts plastiques

Pour les arts plastiques, la méthode Martenot développée par Ginette Martenot est la transposition de l’approche musicale :

methode-martenot-arts créatifs
  • Appel à ressentir les formes, les textures, les couleurs,
  • Importance du plaisir,
  • Favoriser la créativité,
  • Qualité et précision du geste,
  • Expérimenter et improviser,
  • Corrections constructives axées sur les progrès.

Dans les 2 cas, musique et arts plastiques, la méthode Martenot introduit au sein des séances des plages de relaxation active selon des préceptes définis par Maurice Martenot. Cette approche consiste à prendre conscience de ses tensions et apprendre à les relâcher pour être dans les meilleurs conditions physiques et mentales pour exécuter son art.

Les avis sur la méthode Martenot

La méthode Martenot appartient à la catégorie des méthodes d’apprentissages artistiques dites actives c’est-à-dire qu’elles placent l’élève comme acteur de son apprentissage : il s’imprègne de la musique (ou des arts plastiques) avec ses sens et non son esprit. Il participe, touche les instruments, les textures, teste les sons, improvise, etc…

De telles méthodes sont recommandées par les professionnels pour l’apprentissage des arts aux anfants dès un très jeune âge. Comme Serge Cyferstein, directeur du département pédagogie au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP), qui estime que l’on peut ainsi commencer à jouer d’un instrument dès l’âge de 3 ans (source : le Monde). Néanmoins, des professeurs, comme Marie-Alice Charritat, directrice du centre de formation de professeurs Martenot Kleber, déconseillent l’apprentissage d’un instrument individuel avant l’âge de 4 ans, au risque de les en dégouter.

Les autres approches pédagogiques de la musique

Comme indiqué, il existe plusieurs approches actives de l’enseignement musical. Elles sont toutes nées au milieu du XXème siècle et partagent l’objectif d’éviter l’académisme et de replacer l’enfant au centre de l’apprentissage. Leurs créateurs ont tous fait œuvre de recherches pédagogiques dans la conception de leur approche.

1 -La méthode Willems, créée par Edgar Willems (1890-1978), musicien autodidacte belge, est plus particulièrement axée sur l’audition.

2 -La méthode Dalcroze, créée par Emile Jacques-Dalcroze (1865-1950), musicien suisse, met plus particulièrement en relation les liens naturels entre le mouvement corporel et le mouvement musical.

3 -La méthode Orff, créée par Carl Orff (1895-1983), compositeur allemand, a créé avec un groupe pédagogique le Orff-Schulwerk, méthode basée sur l’apprentissage intuitif de la musique par les percussions, le chant et le mouvement.

4 -La méthode Kodaly, créée par Zoltan Kodaly (1882-1967), compositeur hongrois, qui place le chante au cœur de son enseignement.

Toutes ses méthodes sont également recommandées par les professionnels. Elles sont cependant plus confidentielles en France que la méthode Martenot qui, de par ses origines françaises, dispose d’un assez grand nombre de professeurs sur pratiquement tout le territoire.

On notera également que beaucoup d’école de musique s’inspirent de ces approches, dans leurs cours d’éveil musical notamment, et cela sans pour autant faire référence aux méthodes en question.

Conclusion

Est-ce un hasard si Albert Einstein (1879-1955), physicien de renom, prix Nobel de physique en 1921, était aussi un violoniste talentueux ? Sans doute pas !

Albert Einstein au violon
A. Einstein

D’ailleurs, Il disait lui-même :

« Si je n’étais pas un physicien, je serais probablement un musicien. Je pense souvent en musique. Je vis mes rêveries en musique. Et je vois ma vie sous des formes musicales … la plupart des joies de la vie me viennent de la musique. »

Albert Einstein

Est-ce un hasard aussi, si Howard Gardner a inclus l’intelligence musicale comme une des 7 composantes des intelligences multiples ? Sans doute pas non plus !

Pour en savoir plus, vous pouvez aussi lire : Comment apprendre avec les intelligences multiples

Les arts en général, et la musique et la peinture en particulier, sont à l’origine de l’évolution de l’espèce humaine. Ils ont aidé les hommes, entre autres, à structurer leur pensée, à communiquer et à créer l’écriture.

Ainsi, la musique, la danse ou encore le théâtre occupaient une place importante dans la scolarité des jeunes élèves chez les grecs et les romains.

Aussi, peut-on parfois être étonnés qu’ils n’aient pas une part plus importante dans les apprentissages scolaires aujourd’hui. Très présents en maternelles, ils sont, dès la primaire, progressivement relégués à des horaires restreints (1 à 2 heures par semaine) et deviennent au-delà purement optionnels.

Aussi, si nous souhaitons ouvrir nos enfants aux domaines artistiques, nous sommes, nous parents, contraints de privilégier les activités extra-scolaires.

Pour initier les enfants aux arts, les pédagogies actives d’apprentissage des disciplines artistiques comme la méthode Martenot peuvent se révéler des choix judicieux à travers un apprentissage créatif, ludique et respectueux de l’enfant. Par cette action, nous leur offrons la possibilité de développer certaines intelligences qui se révéleront clés pour leurs apprentissages scolaires futurs.

Si vous souhaitez en savoir plus…

Vous pouvez consulter le site officiel de la Fédération des Enseignements Artistiques Martenot, qui récence l’ensemble des professionnels formés à cette méthode en France et au Canada.

Si vous êtes plus tentés par les autres approches pédagogiques décrites dans cet article, vous pouvez retrouver ici les sites officiels de leurs représentants en France : Willems, Dalcroze, Orff et Kodaly

Je vous recommande aussi la lecture de la page « Savoirs Pratiques » du site de France Musique qui met régulièrement en ligne des articles sur les pédagogies d’apprentissage de la musique.

Vous pouvez aussi visionner la vidéo ci-dessous qui est un extrait d’une séance de première année d’éveil musical au centre Martenot Kléber (Rennes) animé par Marie-Alice Charritat :

Si vous avez fait le choix d’ouvrir votre enfant aux disciplines artistiques, n’hésitez pas nous faire part de votre expérience et si vous avez apprécié cet article, partagez le si vous souhaitez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.