Un Quizz enfant original pour apprendre

Cet article présente un principe de Quizz Enfant original destiné à faciliter les apprentissages. Vous apprendrez plus sur ses principes et sa genèse.

Donner du sens accroît la motivation

Les enfants (et les adultes d’ailleurs) apprennent d’autant mieux que le sujet les intéresse. De même, Ils sont d’autant plus motivés lorsque le sujet a du sens.

Mais, que signifie « donner du sens » ? Selon Philippe Meirieu, spécialiste des sciences de l’éducation et de la pédagogie : 

SENS (donner du) signifie Faire du savoir avec du désir, c’est rendre possible la recherche active d’une connaissance qui n’est pas monnayée par l’affection de l’autre ou l’attribution d’une récompense, mais comporte d’abord, en elle-même, sa propre satisfaction .

Philippe Meirieu

Un enfant qui vit ses apprentissages apprend mieux

Je suis persuadée qu’être acteur de ses apprentissages et pas simplement « actif » permet de s’approprier et de « vivre » ses apprentissages et donc, de mieux les intégrer.

Ainsi, l’enfant « acteur » devient autonome dans sa faculté d’apprendre. Il arrive à se projeter dans le temps, à anticiper et à planifier les tâches. L’enfant ne doit pas seulement acquérir des savoirs mais il doit acquérir une capacité à raisonner et développer des compétences.

Dans cet article, je partage ma réflexion et une approche pour accompagner les enfants dans le cadre de leur apprentissage.

Aussi, l’idée est, à la fois, :

  • De respecter les intérêts des enfants,
  • D’avoir une approche pluridisciplinaire (histoire, géographie, sciences naturelles, musique, etc.)
  • Mais aussi, de parler des Hommes qui vivent ou qui ont vécu à une époque donnée.

Et, bien évidemment, de faire tout cela de manière « informelle » et ludique mais aussi de manière transverse et dynamique en faisant des liens entre différentes disciplines.

Vous pouvez lire en complément l’article : « Et si on abordait les matières scolaires sous un autre angle »

Respecter les centres d’intérêt des enfants

Chaque personne a sa propre manière de communiquer, ses propres connaissances et sa manière de raisonner. Et, consciemment ou non, nous pouvons orienter les enfants

En ce qui me concerne, je me suis rendu compte que j’ai tendance à privilégier des activités en lien avec mes propres affinités.

Pour aider les enfants à apprendre, intéressons-nous d’abord à leurs centres d’intérêts qui peuvent se révéler en faisant la cuisine, lors de sorties, voyages ou autres activités que nous leur proposons.

Décloisonner les savoirs par une approche pluridisciplinaire  

Les apprentissages s’effectuent souvent par discipline. Ce découpage est utilisé à l’école mais souvent aussi dans les activités dites « périscolaires » comme les cours de sport, musique….

Ainsi, dans un tel cadre, les enfants apprennent les différentes matières comme si elles étaient indépendantes les unes des autres.

Pourtant, dans la vie de tous les jours, ces apprentissages ne sont pas cloisonnés… Les enfants ne se disent pas forcément : « Tiens, c’est de l’histoire, de la géographie ou autre… »

En outre, je ne suis pas sûr que les enfants connaissent ce que signifie chaque discipline. Nous non plus, d’ailleurs. Faites le test et essayez de donner une définition claire de chaque matière : géographie, histoire mais aussi physique, chimie, sciences naturelles. Vous vous rendrez compte que pour certaines disciplines, ce n’est pas si évident et que certaines frontières entre disciplines peuvent demeurer assez floues.

L’idée est donc, comme dans la vie de tous les jours, de décloisonner les savoirs pour adopter une approche pluridisciplinaire, riche et ouverte.

Susciter et accompagner le questionnement

Philippe Merieu parle de « recherche active d’une connaissance ». J’imagine que cette « recherche active d’une connaissance » s’effectue pour l’enfant en se posant une ou des questions qui illustrent par ailleurs sa capacité de raisonnement.

Le moyen pour les parents de répondre au désir de l’enfant serait de mettre à leur disposition les ressources qui permettent justement de répondre à la ou aux questions posées le cas échéant ou de répondre directement à la question si le parent connaît la réponse…

Quels types de questions les enfants peuvent-ils se poser ?

La méthode QQOQCCPP

Pourquoi pas s’inspirer de la méthode QQOQCCPP ? :

Qui ? – Quoi ? – Où ?  –  Quand ? – Comment ? – Combien ?  Pourquoi ? / Pour quoi ?

Lettre Question Sous-questions
Q Qui ? De qui, Avec qui, Pour le compte de qui…
Q Quoi ? Quoi, Avec quoi, en relation avec quoi…
O Où ? Où, par où, vers où…
Q Quand ? À partir de quand, jusqu’à quand, dans quel délai…
C Comment ? De quelle façon, dans quelles conditions, par quel procédé…
C Combien ? Dans quelle mesure, valeurs en cause, à quelle dose…
P Pourquoi ? Cause, facteur déclenchant
P Pour (faire) quoi ? Motif, finalité, objectif

Source : Wikipédia

Un jeu de 7 familles pour apprendre

La genèse

Pour susciter le questionnement, ouvrir l’esprit de ses enfants, plusieurs approches me semblaient possibles :

  • Pendant une visite, ou lorsque l’on fait cuisine, par exemple, on peut décrire tout ce que l’on fait ou tout ce à quoi on, du type : « Là tu vois j’ai une boîte de 10 œufs. Pour confectionner ce gâteau j’ai besoin de 4 œufs. Il reste donc 6 œufs dans la boîte ». En ce qui me concerne, cependant, je n’ai pas ce réflexe. Je n’y pense pas.
  •  On peut aussi leur poser directement des questions après ou pendant une activité sur un sujet qui les intéresse. Mais ce n’était pas naturel. J’avais l’impression d’être à un interrogatoire. Mes enfants m’ont vite « envoyé baladé »😊. Ce n’était certainement pas le moment non plus…

Je me donc suis retrouvée dans une impasse…

Pour accompagner les enfants (et les parents) dans leur jeu de questionnements, j’ai fini par confectionner un jeu de cartes type le jeu des 7 familles dont chaque famille constitue une discipline avec un code couleur. La définition de ladite discipline est indiquée sur la carte.

Le jeu pourrait s’intituler « le jeu des 7 disciplines ».

Le jeu des 7 disciplines

Le jeu contient 48 cartes « familles » et des cartes « Questions » (pas de limites).

Chaque famille est constituée de 6 cartes avec un code couleur. Par exemple, la carte « combien » correspond à la couleur vert clair. 

  1. Qui ?
  2. Quoi/Combien ?
  3. Quand
  4. Comment
  5. Pourquoi/ Pour quoi ?

Ainsi, si l’enfant ne sait pas encore lire, il utilise les codes couleur. Au lieu de « dans la famille Géographie, je demande la carte « Qui », il dira « dans la famille bleue, je demande le orange ».

Ci-dessous la famille géographie :

Le principe du jeu

Le principe est, au départ, le même que celui d’un jeu de 7 familles classique. Le cas échéant, vous pourrez retrouver les règles du jeu des 7 familles en cliquant sur le lien suivant :https://www.regles-de-jeux.com/regle-des-7-familles/

Le nouvel aspect du « jeu des 7 disciplines » est qu’à chaque fois que l’enfant a constitué une famille il doit répondre à 6 questions correspondant à chacune des cartes : Qui ? – Quoi/Combien ? -Où – Quand – Comment – Pourquoi/pour quoi ? pour la famille qu’il vient de constituer.

Une bonne réponse équivaut à un jeton. L’absence de réponse ou une réponse fausse donne lieu à aucun jeton. Le joueur peut choisir la personne qui lui posera les questions. La personne qui pose les questions peut avoir le choix entre plusieurs thèmes et plusieurs questions le cas échéant.

L’objectif du jeu

L’enfant peut donc gagner au maximum 6 jetons par famille constituée.

Le gagnant est celui qui a récolté le plus de jetons et pas forcément le plus de familles.

Il est possible de complexifier le jeu en utilisant un sablier pour limiter le temps de réponse. L’enfant a par exemple 5 minutes pour répondre aux 6 questions.

J’ai testé ce jeu auprès de mes enfants âgés de 6 ans et ils ont bien aimé 😊.

Exemple de questions pour la famille ou discipline « Histoire » pour le thème « Chevaliers » :

Outils nécessaires :
  • Feuilles A4
  • Imprimante
  • Plastifieuse
  • Une paire de ciseaux
Les avantages du jeu :
  1. Il permet de « varier » les disciplines.
  2. Vous pouvez créer autant de familles/disciplines que vous le souhaitez. Puis, vous pouvez choisir les disciplines à « mettre en jeu ». Une fois que vous avez créé un premier jeu de carte, l’ajout de disciplines ou de familles est très rapide. J’utilise Publisher. Mais vous pouvez aussi utiliser des logiciels comme Powerpoint ou Word par exemple. Une fois que vous avez initialisé les cartes « Questions », (pour ma part chaque carte correspond à une demi-page) il ne reste plus qu’à imprimer, plastifier et couper la page en 2 pour obtenir 2 cartes.
  3. Vous pouvez adapter les questions à l’âge de vos enfants.
  4. Vous pouvez créer autant de thèmes que vous le souhaitez et les lier à une discipline quelle qu’elle soit.
  5. Les parents apprennent aussi et la confection du jeu nous pousse à s’informer et à être précis.
  6. Les questions peuvent être personnalisées selon les goûts et les centres d’intérêt de l’enfant.
Les intérêts du jeu pour l’enfant :
  1. L’enfant apprend en s’amusant,
  2. Ça l’aide à définir ce qu’est une discipline,
  3. La répétition permet de mieux retenir,
  4. Il permet de développer l’esprit critique en se posant un panel de questions,
  5. Il permet de faire des liens interdisciplinaires,
  6. L’enfant est acteur et en fonction de l’âge, il peut confectionner ses cartes lui-même.

J’espère que ce “jeu des disciplines” combiné à un quizz enfant vous a plu et que j’ai répondu aux questions QQOQCCPP 😊. N’hésitez pas à le partager si vous pensez que cet article peut être utile à d’autres personnes.

Enfin, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou votre avis sous l’article.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.